La France rend hommage à Simone Veil — France pays tribute to Simone Veil

 by
Education

By Mailys Ardit

On Sunday, July 1st 2018, France payed tribute to  holocaust survivor, author of The Law on Abortion, and first Président of the European Parliament, Simone Veil, with a hero burial in the Panthéon. The Panthéon is a secular mausoleum, a giant marble building in Paris’s Latin quarter, that has become the final resting place for the country’s most illustrious citizens said to have shaped the national identity.

After Simone Veil’s death last year, a petition, which gathered thousands of signatures, requested she be buried in the monument alongside other eminent French personalities including Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, Alexandre Dumas, Emile Zola and the resistance hero Jean Moulin. With the other  77 illustrious figures, she is only the fifth woman to be buried in the Panthéon. The first one was Sophie Berthelot, who joined her husband, chemist Marcellin Berthelot, in 1907. It was only in 1995 when Marie Curie’s coffin was moved to the Panthéon that a woman was accepted in her own right. It took another 20 years before two more women were added: resistance fighters against the Nazis Germaine Tillion and Genevieve de Gaulle-Anthonioz. Simone Veil’s burial was the 4th time in French history, that a woman’s own achievement was recognized.

Simone Veil was born in 1927 in Nice, South of France. At the age of 16 she was arrested with her jewish family by the Nazis. Her mother, her sister and her were deported into a Nazi concentration camp at Auschwitz-Birkenau. They were later moved to a second camp at Bergen-Belsen, where her mother died of typhus shortly before the camp’s liberation by British forces in April 1945. Her father and brother were last seen on a prisoner transport bound for Lithuania, but never returned.

After the war, she graduated with a law degree and started working for the Ministry of Justice where she was in charge of improving women’s prison conditions and the treatment of incarcerated women. She became Minister of Health in 1974. As such, she pushed forward to facilitate access to contraception. In 1975, she led the battle to legalize abortion in France. This was her hardest political fight and the one for which she is best known. The abortion debate was particularly violent as those in favor of keeping abortion illegal launched aggressive personal attacks against Veil and her family. One deputy (a French representative) accused Simone Veil of being a Nazi because abortion, for him, was killing children in gas chambers (parallel with the nazi death camps) which was seen as the hardest attack against Simone Veil considering she was a holocaust survivor.

Her speech became one of the most famous stated in the Assemblée Nationale (the French Chamber of representatives), a chamber almost entirely composed of men at that time: “We can no longer shut our eyes to the 300,000 abortions that each year mutilate the women of this country, trample on its laws and humiliate or traumatise those who undergo them. (…) No woman resorts to an abortion with a light heart. One only has to listen to them: it is always a tragedy.”

Convinced that Europe needed to be united to avoid another war, and another genocide, she fought for the creation of the European Union and became the first President of the European Parliament, a position she held from 1979 to 1982. Since she passed away a year ago, the French have paid tribute to Simone Veil and thanked her for her courageous and determined fights. 

Dimanche 1er Juillet 2018, la France a rendu un dernier hommage à Simone Veil, survivante de l’holocauste, auteure de la loi sur l’avortement, et première Présidente du Parlement européen, lors de la cérémonie de son entrée au Panthéon. 

Le Panthéon est un monument laïc, un immense bâtiment de marbre, situé dans le quartier latin de Paris, dans lequel repose les personnalités françaises les plus illustres qui ont bâti l’identité nationale. Après la mort de Simone Veil, l’année dernière, une pétition rassemblant des milliers de signatures a été lancée pour demander que l’ancienne ministre soit enterrée au Panthéon, au même titre que Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, Emile Zola, Alexandre Dumas et Jean Moulin. Sur les 77 personnalités enterrées au Panthéon, elle est seulement la cinquième femme a y entrer. La première étais Sophie Berthelot, qui rejoignait son époux le chimiste Marcellin Berthelot en 1907. Ce fut seulement en 1995 avec la panthéonisation de Maie Curie qu’une femme fut acceptée pour son travail au Panthéon. Il a fallut attendre encore 20 ans pour que Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz, deux résistantes, entrent au Panthéon. La panthéonisation de Simone Veil est seulement la 4ème de l’histoire de France à reconnaisse la valeur d’une femme. 

Simone Veil est née en 1927 à Nice. À l’âge de 16 ans elle est arrêtée par les nazis avec sa famille juive. Elle est déportée avec sa mère et sa soeur dans le camp de concentration Auschwitz-Birkenau. Elles sont plus tard transférées au camp de Bergen-Belsen, où sa mère meurt du typhus  peu de temps avant la libération du camp par les forces britanniques en avril 1945. Son père et son frère font partie d’un transport de prisonniers pour la Lituanie. Ils n’en sont jamais revenus. 

Après la guerre, elle obtient un diplôme de droit et travaille pour le ministère de la Justice où elle est chargée d’améliorer les conditions de vie des femmes en prison et le traitement des femmes incarcérées. Elle devient Ministre de la santé en 1974. Durant son mandat, elle se bat notamment pour faciliter l’accès des femmes à la contraception. En 1975, elle mène la bataille pour légaliser l’avortement en France. Ce combat est considéré comme étant le plus dure qu’elle ait menée. Le débat sur l’avortement a été particulièrement violent notamment à cause des députés contre la légalisation qui s’en sont pris directement à Simone Veil et à sa famille. Un des députés de l’Assemblée Nationale accusa Simone Veil d’être une nazi et de condamner les foetus avortés à la chambre à gaz (parallèle avec les camps de la mort nazi) ce qui est considéré comme étant une des attaques les plus violentes jamais lancée, puisqu’elle est une survivant de l’holocauste. 

Son discours devant l’Assemblée Nationale, alors quasiment exclusivement composée d’hommes est entré dans les annales: « Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les 300 000 avortements qui chaque année mutilent les femmes dans ce pays, bafouent nos lois et humilient ou traumatisent celles qui y ont recours. (…) Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes. »

Persuadée de la nécessité d’unifier l’Europe pour éviter une autre guerre et un autre génocide, elle se bat pour la création de l’Union Européenne et devient la première femme Présidente du Parlement européen de 1979 à 1982. Depuis sa mort l’année dernière, les Français ont rendu hommage à Simone Veil et l’ont remercié pour son courage et ses combats.